Tokyo ni

Journal de bord d’un naufragé volontaire sur une île pas très déserte


Paniac

Posted in Ma vie au jour le jour by Greg on the June 12th, 2006

J’aime bien cette chanson… Decouverte sur la BO de “4 garcons pleins d’avenir” film O combien culte pour moi, je me retrouve un peu dans cette chanson. Je ne suis jamais aussi meilleur que quand je suis sous pression… et c’est aussi vrai que j’ai une sale tendance a vouloir remettre a demain, même si je me bats tous les jours contre ce mauvais pendant…
################################################################
Paniac - Billythekick

Y’en a qui prennent
Speed coke crack herbe
Moi j’ai pas besoin d’ça
Ma dope à moi elle est journalière
Je la sécrète rien que dans ma tête

Pour la moindre action
Lorsqu’il faut agir
Je repousse à demain
Ou le plus tard possible

Alors je sens en moi
L’angoisse triturer
Mais je trouve tous les prétextes
Pour me disculper
Yeah Yeah

Quand l’échéance approche
Je plonge Je plonge
De plus en plus profond
Dans une angoisse atroce

Ma méthode à moi
Elle est pas difficile
Je donne le maximum
Au tout dernier moment
Les années 90
Sont inscrites sur mon front
Je suis un spécimen
Victime de mon temps
Appelez-moi
PA PA PA PA
PANIAC

Je fais tout en même temps
Et tout dans le désordre
Je vis hors du temps
Et constamment
Au bord du précipice
Souvent j’entends
L’urgence siffler
” Avance ”
Et je sens son doigt
Inquisiteur s’enfoncer
Dans mes tempes

Vous avez quelque chose à faire ?
Comptez sur moi
Je ferais tout pour retarder
Le moment où je devrais tout donner

Ma méthode à moi
Elle est pas compliquée
Je donne le maximum
Au tout dernier moment
Les années 90
Sont inscrites sur mon front
Je suis un spécimen
Victime de mon temps
Appelez-moi
PA PA PA PA
PANIAC

Mon père c’est Vulcain
Ma mère volcanique
Et ma vie un grand foutoir
Vraiment bien rempli
Mais tu es là à côté de moi
” Et tu ris car toi aussi
Tu es un maniaque de la panique ”

Prends moi embrasse moi
Allez viens déraper
Et donner le maximum
Au tout dernier moment
C’est si bon la sueur sur ton front
Que les années
Jamais ne finiront
Car elles appartiennent
Aux dénommés
PANIAC